Question que beaucoup de personnes se posent, mais nul ne saurait dire ce qu’il en est vraiment ; de toutes les façons nous l’expérimentons et l’exprimons chacun à sa façon. Le monde autour de nous dépeint un amour qui ne me satisfait en rien, en fait je ne ressens pas vraiment cet amour. Cependant lorsque je rentre en présence de Dieu je le ressens mais je ne pourrai expliquer comment, après tout Dieu n’est-il pas amour ?

 

Voici ce que j’ai découvert et partage avec toi. L’amour n’est en rien un sentiment mais plutôt un acte. On n’aime pas pour une quelconque raison parce qu’une fois que la raison disparait l’amour n’existera plus. D’ailleurs, quelle serait la raison pour laquelle Dieu devrait aimer chacun d’entre nous ?

 

Je dirai que l’amour parfait tire son essence de Dieu par le biais du don gratuit qu’Il nous a fait qu’on appelle la grâce a.k.a Jésus Christ. Mais est-ce-que cela veut dire que nous aussi nous devons faire don aux autres pour parler d’amour ? Si oui, don de quoi ou plutôt de qui ?

 

À mon humble avis l’amour véritable est comme suit : « L’amour requière toujours de la patience, il est plein de bonté ; l’amour ne suscite point l’envie ; il ne se vante jamais, n’est point orgueilleux, il n’y’a rien de malhonnête en lui, il est désintéressé, il ne s’irrite point, il ne soupçonne ni ne cherche le mal, il ne se réjouit pas de l’injustice, mais il se réjouit de tout ce qui est vrai ; l’amour pardonne tout, croit tout, espère tout, supporte tout. L’amour ne meurt jamais » (1 Corinthiens 13.4-7).

 

En gros aimer c’est mourir soi-même et faire passer les intérêts d’autrui avant les siens, c’est être capable lorsqu’il reste un biscuit, même si on en a tellement envie, de le donner à son prochain. Combien d’entre nous sommes capable de faire cela ? Pourtant c’est bien de quoi il s’agit dans les enseignements de Christ. J’espère que nous apprendrons tous à aimer un jour d’un amour sincère, véritable et désintéressé.

 

E.L.A.

1 COMMENT

  1. L’Amour, c’est ce que l’humanité a toujours cherché, il est le but de l’homme et le rêve idéal de la Femme, il est la grande force qui régit l’univers, il peut tout, le bien comme le mal, il domine les temps et les âges, il se trouve à la source de toutes les religions, il est la religion même dans son principe ; toutes les philosophies l’ont discuté, il règne dans l’histoire des rois et dans les légendes populaires, il a été, tour à tour, béni et maudit, permis jusqu’à la licence et défendu comme le plus grand des crimes. Il est la source de mille préjugés religieux ou sociaux qui, presque toujours, résultent du malentendu qui règne sur cette question entre les hommes et les femmes, acteurs indispensables de cette idylle, mais qui ne la comprennent pas de la même manière.
    L’homme, malgré l’expérience de l’histoire, n’a pas encore compris que l’amour de la femme est un phénomène qui a une réaction spirituelle : c’est ce qui le sanctifie.
    La femme, malgré les désillusions de ses aïeules, ne veut pas encore savoir que l’amour masculin est un phénomène qui a une réaction brutale : c’est ce qui le condamne.
    Pendant que chez la femme le fluide d’amour aspire à monter, chez l’homme il aspire à descendre. C’est sur cette différence que fut basée la grande lutte de sexes dans l’antiquité ; elle dure encore.
    Faire luire sur cette question la lumière définitive de la science, c’est donner à l’humanité le moyen de sortir de l’état de malaise général que le malentendu sexuel a causé dans le monde. Il faut, une bonne fois, que chaque sexe sache comment l’autre aime et pense, afin d’éviter les heurts qui blessent l’amour-propre et finissent toujours par faire de deux amoureux deux ennemis irréconciliables.
    Lien : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/lamour.html
    Cordialement.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here