L’AMOUR : Un sentiment, une décision, une personne

0
679

L’amour fait partie de qui nous sommes en tant qu’individu. L’humanité et l’amour partagent la même histoire aussi loin que l’on puisse s’en souvenir. Soif profonde pour tous, signe d’accomplissement pour d’autres, besoin de validation, etc. c’est en quelque sorte la mélodie qui est rythmée par les battements de nos cœurs. Il serait prétentieux pour un jeune d’essayer de définir un concept aussi complexe avec des réponses toutes faites. Des hommes ont tué et conquis des royaumes par amour, d’autres ne peuvent pas vivre sans leur amoureux (se) parce que l’amour fait tourner le monde et est au cœur de chacune de nos actions.

L’Amour : comme c’est agréable !

La définition du dictionnaire nous renvoie à un sentiment agréable. L’effet de bienêtre qui est associé directement à la vue de cette jeune demoiselle, à la voix de ce jeune homme avec qui nous avons un lien gratifiant, ou à cet endroit qui nous fait du bien. L’amour c’est d’abord un « feel good ». Il inspire de la beauté dans le cœur de celui qui en reçoit et de l’amertume voire la haine et l’insécurité en celui qui n’en a pas reçu.

L’Amour conditionné ?

Nous nous attachons à ce qui nous fait du bien et sommes irrités ou insensibles à ce que nous ne valorisons pas forcément. L’amour a des attentes et des exigences. En lisant le livre Les 5 langages de l’amour de Gary Chapman, nous comprenons que le sentiment d’être aimé varie d’une personne à l’autre. L’amour est conditionné. Les paroles valorisantes, les moments de qualité, les cadeaux, les services rendus, et le toucher physique. Il est facile dans une relation de se sentir mal aimé ou complètement vide quand ces besoins spécifiques ne sont pas rejoints. Le lien avec l’être aimé peut en être affecté longtemps. Nous sommes des êtres relationnels et nous avons besoin d’être arrosés autant que nous arrosons l’autre de notre affection. Nous désirons la validation et l’approbation, nous nous détachons lorsque l’exercice devient plus frustrant qu’agréable. C’est difficile à admettre mais nous sommes un peu en affaires. J’ai longtemps essayé de mériter l’amour par des performances et l’approbation en faisant des compromis. Le retour sur investissement n’est jamais équitable. Le livre du Docteur John Townsend Loving people a bouleversé ma perception de l’amour. C’est possible de penser aimer une personne mais en fait ce qu’on aime c’est sa disponibilité à nos désirs personnels… L’amour est beaucoup trop complexe pour être improvisé et réduit à un simple état émotif : il s’apprend. Nous ne sommes pas naturellement des êtres aimants, même si nous avons soif d’amour.

L’Amour inconditionnel ?

À ce stade de l’amour, nous nous rapprochons considérablement de l’idéal et de la perfection. L’amour qui donne même quand c’est sous-payé. Qui n’a pas rêvé d’un tel amour ? Quand nous sommes enfants, notre dessin le plus affreux se transforme en œuvre d’art encadré dans les bureaux de nos parents. Ensuite nous grandissons et le lien change pour s’améliorer ou se détériorer. Cependant, les parents ont tendance à continuer d’aimer. À mon avis leur amour est plus un engagement ; ce n’est pas une simple émotion liée à la filiation mais une conviction.

Le plus bel acte d’amour pourrait bien être l’adoption. Ouvrir son cœur et lier son destin à des petits êtres qui ne sont pas sortis de nos entrailles et investir tout ce que nous avons juste parce qu’on a le cœur débordant d’amour et qu’on veut le partager. Il n’y a aucune garantie de reconnaissance, aucune assurance qu’ils ne retourneront pas leur amour à une autre personne.

L’Amour, une personne. 

L’amour est un sujet qui me passionne, mais récemment j’ai réalisé le lien filial qui l’unit avec la grâce. La grâce est un don immérité, une seconde chance, peu importe la gravité de l’offense. La grâce c’est comme la personne qui te pardonne quand tu estimes ne plus en être digne et qui t’aime quand tu n’es plus capable de t’aimer toi-même. La bible raconte l’histoire d’un homme, Jésus, fils de Dieu, qui a été la représentation vivante de l’amour de Dieu pendant son passage sur terre. Il a vécu pour la veuve et l’orphelin, pardonné les péchés, touché les intouchables de la société, ignoré le racisme entre Samaritains et Juifs pour tisser des liens positifs, prêché l’amour et le pardon sous l’occupation romaine à la grande déception de ceux qui attendaient un chef de guerre qui organiserait une révolte, soupé avec les païens au point de choquer les pharisiens. En plus de ne pas être légaliste, Jésus a été avant-gardiste au point d’aimer ses ennemis et mourir de manière humiliante sur une croix, alors qu’il était innocent. Cet amour qui pardonne, guérit, restaure, libère, fortifie et donne la paix transforme mon cœur chaque jour. Vous n’avez pas besoin d’être parfait, vous êtes aimé parfaitement. Jésus nous recommande d’aimer comme il nous a aimés. Pardonnez constamment et renouvelez la grâce envers les autres. Il recommande à l’époux d’aimer sa femme comme il a aimé l’humanité au point de donner sa vie, d’aimer vos ennemis et de bénir ceux qui vous maudissent, de prier pour ceux qui vous maltraitent. Jésus n’était pas juste un amour émotionnel qu’on ressent occasionnellement, il était une démonstration constante d’amour et c’est cet idéal qu’il souhaite pour tous.

Tout compte fait et après observation de nos sociétés et communautés, il ne persiste aucun doute que l’amour, le véritable, a été dilué en un vulgaire état émotif duquel on louange uniquement ceux qui nous apprécient, on refuse de pardonner à nos semblables, on monnaie les relations humaines. L’amour est plutôt un défi quotidien pour lequel nous avons besoin de grâce tant nos cœurs sont centrés sur nos propres désirs. Pour paraphraser 1 Corinthiens 13, l’amour est patient, plein de bonté, croit tout, ne soupçonne point le mal, n’est pas envieux, ne se vante pas, pardonne tout, ne s’irrite pas, ne cherche pas son propre intérêt, supporte tout.

 

Éliézer Aké

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here