Actes 20.7-12 : « Le premier jour de la semaine, nous nous étions rassemblés pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s’entretenait avec les assistants et il prolongea son discours jusqu’à minuit. Il y avait un assez grand nombre de lampes dans la chambre haute et nous étions assemblés. Or, un jeune homme du nom de Eutychus s’était assis sur le rebord de la fenêtre et, comme Paul prolongeait encore l’entretien, il s’endormit profondément. Soudain, dans son sommeil, il perdit l’équilibre et tomba du troisième étage. Quand on le releva, il était mort. Paul descendit, se pencha vers lui, le prit dans ses bras et dit : Ne vous inquiétez pas ! Il est encore en vie. Il remonta, rompit le pain, mangea, et continua de parler jusqu’au point du jour. Puis il partit. Quant au jeune homme, il fut ramené chez lui indemne, au grand réconfort de tous. »

Ça peut paraître surprenant de lire un tel texte alors qu’il parle d’un repas. Néanmoins, j’aimerais relever quelques aspects fondamentaux de ce texte. Paul était avec les disciples dans la chambre haute et puis il avait l’intention de quitter les disciples le lendemain pour se rendre à un autre endroit, mais il était retenu par une chose ; soit la recommandation de Jésus-Christ qui nous instruit que lorsque nous nous réunissons en Son nom, il est bon pour nous de partager le pain, c’est-à-dire de faire la communion.

Ce qui est tout à fait particulier et intéressant dans l’histoire qu’on nous raconte c’est qu’au moment où ils étaient prêts à prendre la communion, ils ne l’ont pas prise tout de suite. Paul a eu à enseigner d’abord. Curieusement, il a enseigné pendant longtemps si bien que les gens qui attendaient de prendre la communion sont restés à l’écouter. Et pendant qu’on l’écoutait, il y eut un enfant qui s’est assis au bord de la fenêtre, qui a été relevé mort après être tombé. Voyez-vous, ce qu’on dit par la suite est qu’il est revenu, il a rompu le pain, il l’a distribué et ils ont mangé, et l’enfant a été ramené à la vie.

C’est merveilleux ce que nous apprenons parce que Jésus-Christ nous a donné ces symboles pour nous dire que celui qui mange Son corps, Sa chair, celui qui boit Son sang, a la vie. Ce n’est pas que la vie découle de ce que nous allons manger, mais la vie découle de la foi que nous avons en Celui dont ce signe est un symbole. C’est pourquoi la Bible nous dit: « Crois au Seigneur Jésus-Christ et tu seras sauvé ! ». « Celui qui a le Fils a la vie. Celui qui n’a pas le Fils de Dieu n’a pas la vie éternelle. »

C’est la volonté de notre Seigneur Jésus-Christ que lorsque nous sommes réunis en son nom, que nous partagions le pain, que nous prenions la communion. Rien ne devrait nous empêcher de le faire. À d’autres endroits, j’ai déjà vu des gens qui disent ‘aujourd’hui je ne peux pas prendre la communion’. Pourquoi est-ce qu’aujourd’hui je ne peux pas être en communion avec le corps de Christ ? Qu’est-ce qui m’empêche dans ma vie de communier avec Christ, sachant que lorsqu’on communie avec Christ, on reste en vie par la vie qu’Il nous donne ?

Croire en la puissance de Dieu. Savez-vous qu’il se trouve des temps où nous sommes comme au fond de la vallée, nous ne savons pas si quelque chose va surgir de façon inattendue pour nous secourir ? C’est seulement lorsque nous sommes dans des situations semblables que nous reconnaissons vraiment que c’est Dieu qui est intervenu. Quand nous faisons des choses par nous-mêmes, nous croyons que tout ce que nous réussissons vient de nous-mêmes. Mais lorsque finalement nous réalisons que nous ne pouvons plus rien faire, si quelque chose survient, c’est à ce moment-là que nous reconnaissons que c’est réellement Dieu qui agit dans nos vies.

Dieu nous enseigne que même dans les situations les plus troubles, les plus difficiles, dans les situations les plus inespérées, Il est toujours là et Il agit. Dieu agit dans toutes nos situations.

Voyons ce qui s’est passé avec le peuple des Israélites au moment où Ézéchias est devenu roi de Juda.

2 Chroniques 29.1-2 : « Ézéchias devient roi à l’âge de 25 ans et il régna 29 ans à Jérusalem. Sa mère s’appelait Abija et c’était la fille de Zacharie. Il fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel, entièrement comme l’avait fait son ancêtre David. »

2 Chroniques 28.24-25 : « Achaz rassembla les ustensiles de la maison de Dieu et les mit en pièces. Il ferma les portes de la maison de l’Éternel. Il se fit des autels dans tous les coins de Jérusalem et il établit des hauts lieux dans chacune des villes de Juda pour faire brûler des parfums à d’autres dieux. Il irrita ainsi l’Éternel, le Dieu de ses pères. »

Avant qu’Ézéchias devint roi, son père Achaz qui l’a précédé comme roi était tellement corrompu, interdisant à quiconque de venir prier dans la maison de Dieu, et il accomplit des actes abominables aux yeux de l’Éternel si bien que même à sa mort, sa dépouille n’avait pas été enterrée avec les rois d’Israël.

Ézéchias succéda son père à 25 ans. L’âge ne pouvait déterminer qui devait succéder car il s’agit d’un pouvoir royal qui va de père en fils. On croirait que le fils est venu pour faire le désordre dans la ville, tout comme son père. Au contraire, malgré son jeune âge, il a fait de grandes choses.

Il ouvre à nouveau les portes du temple, il répare le temple ainsi que tous les dégâts causés par son père, il rétablit beaucoup de choses. Il purifie le temple, c’est-à-dire qu’il fit tout le processus qu’il fallait pour purifier le temple. Il rétablit le culte afin que les gens reviennent adorer Dieu pour ensuite organiser une grande cérémonie solennelle. Il dit : ‘Il faut que tous ceux qui croient encore en l’Éternel vienne passer Pâque avec nous’ (Lire 2 Chroniques 30.1,6,9,13).

Le message de la Pâque est : Nous étions dans un état et nous sommes passés à une autre situation. Ézéchias organise donc cette grande fête afin que le peuple tout entier vienne unis dans une même foi et fait l’effort de passer à une autre étape (Lire 2 Chroniques 31.1,2,5,20). Bien qu’étant jeune, le roi Ézéchias fit ce qui est bien, ce qui est droit, ce qui est vrai, devant l’Éternel.

Dieu est Fidèle et Bon. La maison de l’Éternel, c’est Dieu qui l’a rétablie Lui-même. Alors que le peuple s’en était allé prier d’autres dieux, Dieu a tout fait pour que le peuple revienne. Le peuple est revenu dans sa maison, ils ont rétabli le culte, mais ce qui est le plus important c’est que tous ensemble ils ont fait la célébration de Pâque.

Pour les Israélites et les juifs, cela a un sens très profond, parce que lorsqu’ils sortaient d’Égypte, Dieu avait institué cela afin que les gens se souviennent toujours comment Dieu a fait passer son peuple de l’esclavage à la liberté. Ils devaient se souvenir comment avec puissance et autorité Dieu a fait passer le peuple à travers la mer rouge, les a délivrés alors qu’ils étaient esclaves, captifs, pour les rendre libres.

 

On pourrait s’arrêter là et dire simplement que Dieu est Bon, Dieu est Miséricordieux. Qu’est-ce que nous n’avons pas fait nous aussi dans notre vie ? Certaines personnes ont eu à construire leurs vies, à bâtir leurs familles, à faire toutes ces choses. Y’en a qui étaient dans un état piteux et très difficile mais aujourd’hui ils peuvent se réjouir de l’état dans lequel ils se trouvent. Aujourd’hui, chacun de nous peut avoir une raison de dire « Dieu est Bon ».

Mon point est le suivant : Lorsque nous avons fini de faire toutes les bonnes choses qui font que finalement nous sommes revenus en bon terme avec Dieu, lorsque nous avons échappé du camp de l’ennemi et que nous nous trouvons maintenant dans le camp de Dieu, les problèmes commencent. Il faut que Satan, le diable, vienne défier notre foi et notre engagement pour le Seigneur.

J’ai récemment parlé avec une personne qui menait une vie saccadée, vraiment désordonnée. Alors qu’on est en train de discuter chez elle, elle dit : ‘Je ne sais pas, Pasteur, si j’ai fait le bon choix parce que les choses que je suis en train de souffrir maintenant sont plus difficiles que les choses que je souffrais avant d’avoir pris la décision de mettre les deux pieds sur le chemin du Seigneur ?’ Maintenant que la personne a décidé de suivre Jésus, il y a des choses graves et douloureuses pour lesquelles elle est accablée. En vérité, si une mère entendait ces choses de la bouche de ses enfants, elle pleurerait sans jamais finir. Pourquoi ? Parce que cette personne a pris la décision d’abandonner/défier le diable pour vouloir se mettre avec Dieu.

Le diable cherche à faire mal. Cela arrive dans notre vie personnelle et même dans nos entreprises. Là où on commence à se réjouir avec le Seigneur, là commence les troubles parce que la foi doit démontrer sa preuve.

Ézéchias était tout à fait heureux d’avoir finalement pu rebâtir le temple. Il a pu restaurer le culte et les objets dans la maison de Dieu, il a même fait venir les gens un à un et a célébré la Pâque. Il a défié le diable. Lorsque ces gens sont sortis de la célébration de la Pâque, ils sont repartis partout là où ils vivaient, et quand ils voyaient un monument que Achaz avait bâti, ils le détruisaient. Désormais le peuple qui était sous l’emprise du diable est passé de l’autre côté. N’est-ce pas victorieux !

Cela doit nous encourager. Que ce soit dans nos de familles ou dans nos vies personnelles, dans nos entreprises, dans tout endroit où nous nous trouvons, autant que nous croyons que nous avons vécu la Pâque, autant toutes les choses qui manifestent encore la présence de l’ennemi doivent être brisées dans vos vies.

Qui n’a jamais abandonné une chose pour suivre Jésus-Christ ? Chaque jour, nous nous efforçons, petit à petit, pourvu que nous terminions la destruction de toutes les idoles. Il y a des choses que nous préférons plus que Dieu. Mais plus nous célébrons cette Pâque, plus nous passons à l’autre cap, plus nous détruisons ces idoles. Néanmoins, chaque fois que nous le faisons, l’ennemi n’est pas d’accord, il nous agresse, il nous presse, il nous coince, il nous fait souffrir. Lorsqu’arrive ce moment de souffrance, nous nous interrogeons : Est-ce que Dieu est encore là ?

Pourquoi se faire du mal pour Jésus-Christ ? Pourquoi s’abstenir de faire certaines choses parce que soi-disant Dieu l’interdit ? Quel intérêt y a-t-il encore à résister alors que le diable a vaincu nos prédécesseurs ? Pour continuer à servir Dieu ? Vous souffrez, vous vous empêchez des choses, qui pourra résister ?

Nous tous sommes en train de résister contre les manœuvres du diable. Dieu est en train de rebâtir Son église à travers tout le monde. Dans tous les pays, Dieu est en train d’agir afin que l’église soit rebâtie, afin que Dieu soit reconnu comme ayant Lui seul le droit d’être reconnu comme Dieu. Cependant, le diable aussi est en train d’agir dans le monde et de défier les chrétiens.

Que peut faire une petite ville vis-à-vis d’un peuple qui a déjà vaincu beaucoup de villes ? Que peut faire un chrétien aujourd’hui vis-à-vis de toutes les lois et de toutes les dispositions qui sont prises dans le monde et devant toutes les forces des ténèbres qui se lèvent contre la chrétienté ? Le secours nous vient de l’Éternel. N’hésitons pas de crier vers le ciel, car notre secours est en Dieu. La Bible dit « Je puis tout en Celui qui me fortifie. »

Humainement parlant Ézéchias ne pouvait plus rien faire, mais il s’est souvenu qu’avec l’Éternel il peut tout faire. Il s’est approché du prophète Ésaïe et ils se mirent à prier. À cause de leur prière, l’Éternel envoya un ange qui extermina dans le camp du roi d’Assyrie tous les vaillants héros, les commandants et les chefs. Dieu peut tout faire.

Ce n’est pas étonnant que Dieu envoie un ange parce que Son nom c’est Yahweh Sabaoth, l’Éternel des armées. Il y a en effet une armée puissante qui est avec l’Éternel, et quand cette armée descend c’est pour faire des œuvres grandioses. Il peut prononcer une parole et la chose s’accomplit, Il peut même envoyer Son armée !

Lorsque nous expérimentons des choses merveilleuses, nous nous disons que nous sommes petits devant Dieu. Quelquefois, nous pouvons nous trouver peu nombreux et croire que nous serons bientôt engloutis, ou nous trouver dans des situations sans ressource. LEVONS LES YEUX AU CIEL.

Toute la connaissance vient de Dieu, toute la puissance vient de Dieu. Lorsque nous prions Jésus-Christ, ce n’est pas du temps que nous perdons. La vie se trouve en Jésus-Christ. Jésus-Christ dit Lui-même : « Je suis dans le Père et le Père est en moi. » Jésus-Christ est Dieu, ce n’est pas une perte de temps que de Lui faire confiance.

Nous devons vraiment croire qu’il existe des puissances. Au-dessus de toutes ces puissances, il y a LA puissance de Dieu. Il existe plusieurs dieux, mais il n’y en a qu’UN seul qui est vrai, vivant et éternel et qui a tout fait, c’est Dieu notre Père. Croyons en cette puissance, même si aujourd’hui nous nous trouvons au fond de la vallée, même si nous ne voyons plus la lumière mais les adversaires qui nous entourent. Même si de nos yeux nous ne voyons plus que la faiblesse, croyons que Dieu est omniprésent (Il est partout), omnipotent (Il est capable de tout), omniscient (Il sait tout). Rien ne Lui échappe.

« Ceux qui se confient en l’Éternel ne sont point confus, mais ceux qui s’élèvent devant l’Éternel sont abaissés. »

Notre force n’est pas ailleurs, elle est en Dieu. Si nous nous confions en l’Éternel, nous ne repartirons pas honteux et abattus. C’est pourquoi la Bible nous dit « Malheur à celui qui se confie en l’homme. » Le roi d’Assyrie s’était confié aux héros et vaillants de son armée. Quand l’Éternel les a battus, il est reparti honteux. Mais nous, les chrétiens, nous ne repartons pas honteux parce que Celui qui fait notre force, notre puissance, ne se trouve pas en dehors de nous, Il est en nous-mêmes.

Nous avons expérimenté la Pâque et vécu la Pentecôte, nous avons le Saint-Esprit au-dedans de nous. Nous ne sommes plus du côté de ceux qui sont vaincus ou battus, nous sommes maintenant du côté de ceux qui ont reçu la victoire en Jésus-Christ ! Nous ne sommes plus seuls mais nous sommes désormais chargés, parce que nous avons la puissance du Saint-Esprit. Demeurons dans la combativité, persévérons dans le combat, le Seigneur nous soutient. Jésus-Christ ne nous abandonnera jamais.

Vous croyez peut-être que votre situation est la plus douloureuse, la plus grave, alors qu’il y a certainement d’autres personnes qui vivent plus que ce que vous vivez, mais qui demeurent dans le Seigneur, et ils sont de plus en plus forts.

Avec Dieu, parfois on peut commencer avec peine, mais c’est la fin qui est merveilleuse. Si l’on est convaincu que Dieu est puissant, on reste ferme malgré la difficulté. Dieu va peut-être envoyer un ange pour tout régler. Pourquoi pas ! Dieu est Fidèle et Jésus-Christ est Fidèle. Il y a cette promesse qu’Il a faite : Il marche toujours avec ses serviteurs afin d’accomplir sa Parole. Recherchons Dieu de tout notre cœur.

Pasteur Daniel Kimbembé (infos@jevis.ca)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here