Et si Dieu ouvrait des fenêtres au ciel ?

0
331

2 Rois 7.1-2 : « Elisée répondit : Ecoutez ce que dit l’Eternel. Voici ce qu’il déclare : « Demain, à cette heure, sur la place de Samarie à la porte de la ville, on vendra dix kilos de fine farine pour une pièce d’argent et vingt kilos d’orge pour le même prix. » L’aide de camp du roi qui l’accompagnait répondit à l’homme de Dieu : Même si l’Eternel perçait des trous dans le ciel, comment pareille chose pourrait-elle se réaliser ? Elisée répliqua : Tu le verras de tes propres yeux, mais tu n’en mangeras pas. »

 2 Rois 7.17-20 : « Le roi avait chargé son aide de camp qui l’accompagnait de surveiller la porte de la ville, mais celui-ci fut piétiné là par la foule et il mourut, comme l’homme de Dieu l’avait annoncé au moment où le roi était venu le trouver. En effet, c’est à ce moment qu’il avait dit au roi : Demain, à cette heure, sur la place de Samarie, à la porte de la ville, on pourra acheter vingt kilos d’orge ou dix kilos de fine farine pour une pièce d’argent. Et l’aide de camp lui avait répliqué : Même si l’Eternel perçait des trous dans le ciel, comment pareille chose pourrait-elle se réaliser ? A quoi Elisée avait répondu : Tu le verras de tes propres yeux, mais tu n’en mangeras pas. C’est bien en effet ce qui lui arriva : la foule le piétina à la porte de la ville, et il mourut. »

Il s’agit d’une parole d’encouragement. Nombreux parmi nous vivent des situations difficiles. Ça me rappelle un épisode de ma vie.

Et si Dieu ouvrait des fenêtres au ciel, est-ce que mes espoirs pourraient s’accomplir, est-ce que les choses que j’attends pourraient arriver?

Parfois, lorsque nous vivons des choses très difficiles, nous pouvons perdre tout espoir.

Dans mon enfance, j’ai vécu une situation où j’étais complètement dans le noir. Aucune lumière ne filtrait, il n’y avait plus d’issus, comme dans une cage sans ouverture, se cognant toujours en avançant. Souvent, nous pouvons nous trouver dans ces situations où nous ne savons plus quoi faire.

Dans les versets lus en début de cet article, nous constatons que la ville était assiégée, personne ne pouvait sortir pour aller chercher de quoi manger et personne ne pouvait entrer pour leur vendre à manger. Le peuple ne savait plus quoi faire. Élisée leur dit : demain à l’entrée de la ville, il y aura du repas. Mais l’écuyer a douté de la parole d’Élisée.

Même lorsqu’il y a le désespoir, il y a l’espoir. Même si tout démontre qu’il n’y a rien à faire, il y a toujours l’espoir. Cet espoir ne vient pas de nous, il vient de Dieu. Si vous vous trouvez au pied du mur, dans une situation sans issu, souvenez-vous que là où l’homme s’arrête, Dieu commence à manifester Sa gloire. Même la vie chrétienne que vous vivez, ce n’est plus la même qui brille comme au commencement de votre cheminement de foi. Dieu est en train de nous pousser vers des choses plus grandes pour que nous voyions des choses plus profondes. Croyez vraiment à ça.

Voici deux points importants que nous devons pratiquer afin de toujours nourrir l’espoir :

  1. Croire toujours que le miracle existe au nom de Jésus-Christ.Dans Jean 1.51, on peut lire que lorsque Jésus a rencontré Nathanaël, Il déclara : « Oui, je vous l’assure, vous verrez le ciel ouvert et les anges de Dieu monter et descendre entre ciel et terre par l’intermédiaire du Fils de l’homme. » En effet, les anges du ciel, de Dieu, descendent et remontent, ils viennent agir sur la terre et repartent. Dans nos situations les plus difficiles, il est possible que Dieu ouvre une fenêtre afin que nous puissions voir la lumière. Croyons qu’il y a de l’espoir, le matin se lève par la grâce de Dieu. Croyons que Jésus-Christ agit jusqu’à ce jour.
  2. Nous devons participer à ce miracle.Dieu attend de nous un pas de foi. C’est parfois des choses toutes petites que nous devons faire, qui sont à notre disposition. Aussi infime soit-elle, quelque chose peut nous être suggérée, comme le petit enfant qui a dit à Naaman d’aller dans son pays pour obtenir une guérison certaine. Mais lorsque Naaman est arrivé à Samarie et s’est présenté devant Élisée, il a douté avant de faire ce simple pas de foi d’aller se laver sept fois dans le Jourdain (qui a une grande histoire pour le peuple de Dieu). Mais Dieu veut que nous allions voir les choses au plus bas, car c’est Lui qui relève. Si nous croyons que le miracle existe encore, il nous faut faire ce pas de foi. Par la foi et la détermination, nous ne nous arrêtons pas, tout comme Marie, la mère de Jésus qui, aux noces de Cana, a cru et a persévéré en ordonnant aux autres de faire « tout ce que Jésus leur demande de faire ». Gardons une attitude de foi, même devant l’adversité, tout comme la veuve qui ne s’est pas fatiguée d’aller réclamer justice auprès du juge, tout comme David qui disait « Je lève les yeux vers les montagnes ». Levons nos yeux vers le ciel et confions-nous à l’Éternel qui fera se manifester Sa gloire.

Exerçons notre foi à des choses petites et simples, même s’il semble que le miracle ne puisse pas paraître par celles-ci. Dieu se sert même des personnes négligeables et rejetées, comme les lépreux qui sont allés vers les Syriens qui eux ont fuis. Les lépreux ont alors trouvé à manger, ainsi que des richesses et des armes.

Les réserves de Dieu ne s’épuisent jamais. Ne perdons jamais espoir et ne doutons pas de la puissance de l’Éternel. C’est le doute qui parfois nous fait perdre là où Dieu veut nous conduire. Dans ma difficulté, je veux croire que le miracle peut survenir et que j’ai quelque chose à faire pour participer à ce miracle.

Il y a encore de l’espoir aujourd’hui. Le monde dit : « Celui qui vit d’espoir meurt de faim. » Mais le langage de la foi dit ceci : « Crois, et tu verras la gloire de Dieu. » C’est ce qui fait la différence. Tant que je vis, j’espère encore. Car là où moi j’arrête, Dieu prends la relève. Je constaterai alors qu’ici c’est Dieu qui a travaillé.

Demandons à Dieu qu’Il encourage notre espoir et notre foi en Lui. Qu’Il nous exhorte à toujours espérer.

 

Pasteur Daniel Kimbembé

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here